7 octobre 2015

Faut-il avoir peur des Makers ?

Qui sont les makers ? 

Suite à mon passage à la Maker Faire Paris et au stand Concours Lépine de la Foire Européenne, je vous propose ma vision personnelle de ce phénomène.


Les makers : amateurs ou professionnels ?


On pourrait les définir comme des bricoleurs savants qui ne se satisfont pas de produits tout-faits. Ils veulent créer et fabriquer par eux-mêmes. Utilisant des machines à commande numérique, des imprimantes 3D et des logiciels de dessin 3D, on les retrouve dans les fab lab, ces lieux de partage communautaire. Les makers sont souvent des amateurs flirtant avec le professionnalisme.

Les makers : des passionnés consciencieux


Justement, les professionnels du design, de l'architecture ou de l'artisanat, doivent-ils en avoir peur ?
C'est, je pense, une question de vision.

Une vision pessimiste du phénomène des makers serait de les considérer comme des amateurs aptes à court-circuiter la pratique des professionnels. Dans ce sens, un maker ferait forcément un mauvais usage des règles de l'art par ignorance ou absence des diplômes requis.

Dans une vision optimiste, on pourrait voir les makers comme des personnes passionnées, entreprenantes et adeptes des nouvelles technologies. Apprenant vite, leur force est basée sur l'échange de ressources notamment par internet. Mais ils se forment aussi par les rencontres, les voyages et les lectures. Bref, ils apportent un regard neuf sur la formation et la création.

Devenir un maker


Si vous voulez vraiment savoir ce qu'est l'esprit maker, faites le test. Formalisez votre projet sur une feuille blanche. Dessinez-le en 3D avec un logiciel. Et enfin, poussez les portes d'un fab lab... Vous m'en direz des nouvelles !

Pour une formation SketchUp ou pour nous confier vos modélisations, contactez-nous :


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Laissez un message...