9 février 2015

SketchUp et dessin technique : la bataille du Rotring

On entend souvent dire : "C'était mieux avant ! Les jeunes ne savent plus dessiner ! Un crayon et une feuille, il n'y a que ça de vrai ! L'informatique encourage le règne du copier/coller", etc... Vous avez tous entendu ce genre de discours. Et vous vous êtes peut être dit : "Arf ! Je suis sevré aux nouvelles technologies. Je ne vivrai jamais cet âge d'or !". Allons ! Un peu d'optimisme. Je suis d'accord, la puissance créatrice d'un crayon tenu par une main effleurant le papier a quelque chose d'extraordinaire et de puissant. Après une formation SketchUp, vous avez constaté que le logiciel autorise le dessin intuitif tel que vous le pratiquiez sur une feuille blanche. Mais là où il a vraiment changé nos vies, c'est dans sa capacité à représenter des plans, des élévations et des perspectives à partir du dessin 3D. Retournons un peu au siècle dernier...


Le dessin à la main


À une époque pas si éloignée, on traçait ses plans techniques au crayon sur du papier calque. Puis on repassait l'ensemble à l'aide d'un stylo tubulaire. En fait, on appelait ce stylo un "Rotring" du nom de la société qui le commercialisait. Cette technique avait 2 inconvénients :
  1. un dessin exécuté au crayon pouvait être massacré par un tracé maladroit au Rotring et perdre toute son expressivité.
  2. les erreurs ou les modifications exigeaient l'utilisation d'une lame de rasoir pour "gratter" l'encre de Chine déposé sur le calque.
Personnellement, j'ai beaucoup souffert des aléas cette technique : un Rotring bouché ou dégoulinant provoquait non seulement un grand stress mais risquait de détruire le rendu.

Les stylos Rotring ont également la fâcheuse tendance à être onéreux. Comptez environ 30 € pour un RapidoGraph. Quant au papier calque, un rouleau de 1mX20m (à 90g/m2) se négocie autour de 40 €. Le papier calque pose également des problèmes de sensibilité à la lumière et à la l'humidité, et donc de durabilité.

Imaginez maintenant qu'avec un ordinateur et SketchUp vous pouvez déjà commencer à produire : des volumes, des plans, des façades et des coupes... Vous en doutez ? La preuve ici et seulement avec la version gratuite !


Et la santé dans tout ça ?


On a presque tous tendance à rester assis pour dessiner sur nos logiciels favoris. Mais j'ai connu beaucoup de dessinateurs qui dessinaient debout à leur planche à dessin. Du point de vue sanitaire, la 1ère solution est évidemment préférable !

Adopter une mauvaise posture devant un ordinateur vous casseront les yeux et le dos, c'est écrit. Mais des dessinateurs, le dos courbé et les yeux rivés sur leur planche, j'en ai connu aussi. Avouez que ce n'était pas l'idéal non plus !


Mais l'informatique inventa le copier-coller !


D'abord, un des grands avantages de l'invention de la DAO (dessin assisté par ordinateur) c'est déjà qu'on peut revenir en arrière et garder un historique. Dans SketchUp, ces 2 manipulations se font par CRTL-Z et Fichier-Enregistrer une copie sous...

Et comme tout logiciel qui se respecte, SketchUp autorise le Copier-Coller, il autorise même un Copier-Coller sur place, bien utile pour coller un élément exactement à la même place qu'il avait dans un autre fichier.

Pour avoir une vision globale, lorsque je dessinais sur une planche à dessin, je devais reculer de quelques pas en arrière . Dans SketchUp, il suffit de cliquer sur le bouton Zoom étendu.


Et pourquoi vous avez finalement eu raison !


Souvenez-vous : quand vous dessiniez des plans à la main, il fallait choisir l'échelle de représentation AVANT de commencer à dessiner. Il était impossible de revenir en arrière.
Le choix de l'échelle impliquait également de ne pas s'égarer dans les conversions d'échelle. Bien sûr, il y avait le Kutsch ! Mais quand même, pourriez-vous dire rapidement, de tête, combien représente une épaisseur réelle de 10cm à l'échelle du 1/25 ?... Alors ? Pas si facile, hein ! Comprendre et expliquer la notion d'échelle est d'ailleurs une des matières les plus compliquées à mon avis.

Dans SketchUp, vous dessinez à l'échelle 1 en utilisant les mesures réelles comme si vous aviez à construire le modèle devant vous.  Et je ne vous parle pas des erreurs de mesure dues aux graduation ou à une mauvaise position du dessinateur. Tiens, les savants appellent cela des erreurs de parallaxe.


Bon, vous eu raison. Et après ?


Vous avez eu raison de troquer le Rotring pour SketchUp.

Sans vouloir glorifier béatement la technique, je pense sincèrement que le dessin assisté par ordinateur avec SketchUp a facilité la tâche des techniciens et diminué le stress. Elle a aussi contribué à populariser la pratique du dessin technique et à démocratiser la création (dans son sens le plus large). Ce succès populaire se heurte également à des réticences et des controverses.

Utiliser SketchUp ne veut pas dire qu'on peut se passer de notions de dessin indispensables.

Les techniques de création et de représentation ne sont pas figées. Aujourd'hui, plus que jamais, elles ne peuvent reproduire des schémas académiques dépassés. Elles doivent répondre à des exigences de lisibilité, d'efficacité et de communication. Elles seront jugées à leur succès.

A ce sujet, je vous conseille le livre Etes-vous indispensable ?. C'est un concentré d'idées et d'enthousiasme communicatif. Il a modifié la manière dont j'envisage la création.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Laissez un message...

VOUS CHERCHEZ QUELQUE CHOSE DE PRÉCIS ?

Chargement...